Rechercher dans les catégories

Vie quotidienne

Infertilité

Ces derniers mois…

Il y a un moment que je n’ai pas écrit ici. Plusieurs mois même. J’ai pensé à fermer ce blogue, car je ne savais plus trop quoi y dire. D’ailleurs, je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un pour me lire. Les blogues sous format de journal intime sont un peu dépassés en 2017. Mais je n’ai pas envie de prendre une direction moins intime ici. Alors, quoi en faire? J’aime relire certaines choses que j’ai déjà écrites. Voir ma progression en course à pied. Mais je ne sais pas toujours quoi dire dans un compte-rendu de course pour rendre cela passionnant, surtout sur un même parcours. Voilà ce qui explique, un peu, le silence radio des derniers mois.

Mais je pense que la raison principale est que ma tête n’y est pas. Maintenant que toute ma famille proche est au courant, je peux l’écrire publiquement. Depuis maintenant 2 ans, mon copain et moi avons le désir d’avoir un enfant. Pour certains, il suffit de prendre la décision pour voir se pointer une deuxième ligne sur un test, mais les choses ne sont pas aussi simple pour nous.

La suite des choses risque de prendre une tourne assez intime. Alors si tu n’as pas envie d’entendre parler de cycle menstruelle (ce n’est pas un gros mot 😉 ) ou autres détails de femme-qui-veut-tomber-enceinte, alors je te conseil d’arrêter ta lecture ici. Car je vais vous résumer, grosso modo, nos deux dernières années. Comme ça, je pourrais vous écrire au jour le jour et vous connaîtrez l’histoire.

Donc, nous avons pris la décision en février 2015 d’avoir un enfant. Après 5 mois sans retour de mes règles et un visite chez ma médecin, qui était très optimiste (« je suis sûre que tu seras enceinte d’ici un an », qu’elle m’avait dit; elle se trompait), le début des essaies est officiellement lancé en juillet 2015 avec le retour de mes cycles réguliers. Nous étions si optimistes et naïfs à cette époque. Nous pensions que cela se ferait rapidement, sans problème.

Après trois mois d’attente, j’ai sorti la trousse de la parfaite femme-qui-veut-tomber-enceinte : thermomètre et courbe de température, application dédiée et alarme le matin pour être sûre de ne pas oublier. Je vous parlerais peut-être de la courbe de température dans un autre billet. Encore quelques mois d’attente et j’ai essayé l’acupuncture sans succès.

Comme toujours rien ne se produisait, à l’automne 2016, nous avons décidé de consulter en clinique de fertilité. Après une panoplie de tests (ça aussi j’en ferais peut-être un billet), le verdict tombe : rien. Ben oui, rien, nada. Aucun problème, ni de mon côté, ni du sien. Si rien ne c’était encore produit c’était la faute à pas-de-chance. Le médecin (toujours aussi optimiste que ma médecin de famille) nous dit gentiment que ce n’est qu’une question de temps et que je vais sûrement tomber enceinte à l’intérieur de 2 ans (donc, dans la prochaine année, vous suivez toujours?), que c’est simplement plus lent pour nous.

Eh bien, pas de bol pour ce médecin-là aussi, cela a fait 2 ans en juillet dernier que nous essayons d’avoir un enfant et toujours rien. Pas le moindre test de grossesse positif depuis le début et mes règles qui reviennent inlassablement à chaque mois.

Donc, vous comprendrez facilement (je l’espère), que je n’avais pas trop la tête à écrire ici. Car, quand le désir d’enfant est là, il est difficile de penser à autre chose (contrairement, à ce que tous les gens vous diront : « n’y pense pas et ça va arriver »).

Le blogue va donc reprendre du service un peu, mais avec de nouvelles sections et de nouvelles orientations. J’ai envie de partager mon parcours avec l’infertilité, car cela fait du bien d’en parler (même si personne ne lit ceci ou ne commente). J’ai aussi de belles photos que j’aimerais partager : des sorties, des voyages, mais aussi quelques contrats que j’ai eu. Donc, on va alterner les billets infertilité-qui-vide-coeur-et-font-du-bien, les billets course à pied-parce-que-je-continue-de-courir et les billets photographies-parce-ce-j’ai-plein-de-choses-à-partager. Voilà 🙂

Billet d'humeur

Bilan 2016 et objectifs 2017

Cela fait quelques temps que je n’ai pas prit la peine de venir écrire ici. Je profite donc de ce début d’années pour dépoussiérer les coins, faire un peu de ménage sur le blog et dresser le bilan.

En 2016, il y a que quelques évènements marquant, comme mon premier et mon deuxième demi-marathon. Je reviendrais là-dessus, car il y a beaucoup à dire 🙂

J’ai aussi effectué quelques changements dans mon mode de vie et mon alimentation. Il y a plein de sujet que j’aimerais aborder, mais je réfléchis encore sur l’angle à adopter. Est-ce que le blog reste un simple journal en ligne? Quel alignement prendre? Beaucoup de questions dans les jours à venir pour moi 🙂

2016 en bref

J’ai participer à 5 course de 5 km, 2 courses de 7 km, 2 courses de 10 km, une course de 12 km et 2 demi-marathon.

J’ai accompagné quelqu’un sur 4 courses et ont m’a accompagné lors de mon premier demi-marathon.

En 2016, j’ai fait 104 sorties pour un total de 572 km, alors que mon objectif était de 500 km 😀

Mis bout à bout, j’ai couru durant 72h 48 min et 42 secondes en 2016. Pas mal quand même 😛

Les points forts de 2016 furent, sans aucun doute, mes deux premiers demi-marathon.

Objectif pour 2017

Je n’ai prévu que la première moitié de l’année et ferais la suivante à mi-parcours.

Je prévois donc refaire un autre demi-marathon, mais cette fois, j’espère le faire en 2h30 environ. Avec un peu (beaucoup) d’entrainement, je suis sûre que je peux y arriver 🙂

Cela fait un moment que ça me trotte dans la tête, sans oser me lancer vraiment. Cette année sera la bonne, en 2017, je participerai à mon premier triathlon 😀 . Je prévois commencer par un format découverte ( 350m de nage, 10 km de vélo et 2,5 km de course). La distance à vélo et à la course sont très accessible pour moi, ce qui va me permettre de me concentrer sur la natation et les transitions.

Quels sont vos objectifs?

Lecture

Lecture : Courir sur la faille

En 1994, je n’avais que 6 ans. La première fois que j’ai entendu parler du génocide au Rwanda, c’était en écoutant la chanson Parce qu’on vient de loin de Corneille (sortie en 2002, j’avais alors 15 ans) et en apprenant un peu plus sur sa vie (il a 17 ans lorsqu’il survit au massacre de sa famille).

Grâce à Aurore (du Blog de Mademoiselle) et au Club de Lecture sur la course qu’elle a créé, j’ai fait la lecture du livre Courir sur la faille de Naomi Benaron. L’histoire suit Jean-Patrick, jeune coureur au 800 mètres, qui rêve un jour de représenter son pays, le Rwanda, aux Jeux Olympiques. Le récit débute quelques années avant le génocide. On y découvre les tensions entres les Hutus et les Tutsis qui s’accentuent au fil des pages jusqu’à la fin tragique que nous connaissons.

1540-1Ce livre m’a vraiment permis d’aborder un sujet tendu de l’Histoire qui m’était peu connu et m’a poussé à vouloir en savoir d’avantage (coucou Wikipédia!). Il y a quelques longueurs à certains moments, mais Jean-Patrick et tous les personnages qui gravitent autour nous poussent à continuer notre lecture pour connaître leur destin. L’auteur arrive très bien à décrire la violence du quotidien à la veille du génocide et durant, mais sans jamais tomber dans le gore ou le sensationnalisme. Au contraire, la banalité des descriptions en révèle encore plus sur l’horreur de ce qui s’est produit au Rwanda.

Je vous recommande ce livre si vous êtes coureur, amateur d’histoire et/ou que vous voulez une introduction à cette partie de notre Histoire qu’est le génocide du Rwanda.

Vie quotidienne

Petit papillon

Source de l’image

Quand je ferme les yeux, quand je fouille dans le fond de mon cœur. J’y trouve un petit papillon fragile, un petit espoir. Shut, il ne faut pas le dire trop fort, car j’ai peur qu’il s’envole. Qu’il s’envole et qu’il ne soit plus qu’un doux souvenir. Un petit papillon emporté par le vent dans mon cœur, dans mon ventre. Alors, je lui chuchote doucement, à mon petit papillon. Pour ne pas l’effrayer, pour ne pas le brusquer. Je lui chuchote pour le laisser grandir, pour lui permettre de déployer ses ailes et de prendre toute la place dans mon cœur. Parce qu’un jour, mon petit papillon, il volera avec mes rêves.

Billet d'humeur

En janvier/février…

Bonjour à vous!

Je sais que je n’ai pas été très présente ces derniers temps. Oupss… Mais il faut dire que j’ai été très occupée en ce début 2015.

Après un séjour de quelques jours à Montréal chez ma meilleure amie (vous pouvez voir quelques photos extérieures prises après la pluie de verglas), j’ai été malade plusieurs jours à cause d’une gastro. Puis, mon copain l’a attrapé et ensuite, c’est mon chien qui a été malade (les chiens peuvent attraper la gastro? 😕 ).

En janvier, j’ai aussi complété un projet photo d’une photo par jour :

janvier

En février, je me suis réinscrite au gym. J’aime beaucoup courir, mais les cours de groupe me manquaient. C’est la principale raison de mon inscription. De plus, comme il se situe juste à côté de mon bureau, je peux m’y rendre sur l’heure du dîner pour suivre un cours ou faire ma course du jour (avec des températures entre -20°C et -30°C en ce moment, je préfère courir à l’intérieur 😛 ).

Je pratique surtout de la Zumba le vendredi et du BodyFlow (mélange entre le taï-chi, le yoga et le Pilates) le mercredi. Je vais peut-être ajouter un cours aussi le lundi, mais j’ai un peu de difficulté à me bouger le derrière le lundi :P.

Parmi tout cela, je continue bien sûr de courir. J’ai débuté un programme de 5 km en 8 semaines de Jean-François Harvey. Mon objectif est de battre mon PB (35:51) à mon prochain 5 km, le 4 avril prochain. Cette année, j’aimerais pouvoir atteindre ou passer la barre des 30 min au 5 km. Cela peut sembler un peu ambitieux, mais je crois que si j’arrive à courir régulièrement cette année, je peux y arriver.

L’an passé, mon meilleur temps était de 39:20 jusqu’à ce que je décide de m’entraîner plus sérieusement durant les mois de juin et juillet. Lors de ma course, en août, j’ai réussi à descendre à 35:51. Donc, je crois qu’avec de l’entraînement continu, je peux réussir à gruger plusieurs minutes à mes chronos.

J’en suis encore à chercher mon rythme dans ce nouvel horaire, mais je vais tenter d’écrire plus souvent ici 🙂